IMG_1996

One The Moon « Exposition des masters »

IMG_1937IMG_1996

 

Depuis toujours l’Homme a rêvé de marcher sur la Lune, il y parvient le 21 juillet 1969. A l’ocasion des 50 ans des premiers pas de l’Homme sur la Lune, les masters de l’UFR des Arts d’Amiens organisent l’exposition « On the moon » du 3 décembre au 18 décembre 2018 en salle 002 et sur le TLW. Mais que ce serait-il passé si ces premiers pas avaient été effectués par une femme ? Qu’aurait-on annoncé si la mission avait échoué ? C’est avec ces questions en tête que les étudiants ont tenté, à travers leurs réalisations aussi variées qu’improbables, d’interroger la notion d’utopie par l’uchronie. Ces récits fictifs basés sur des faits historiques vont nous faire voyager, et qui sait peut-être même jusqu’à la Lune

 

IMG_2000IMG_1902

 

L

L

L

L

L

L

L
L

Nazar EnginHistoire sur la Lune, 2018

Nazar Engin réalise plusieurs projets liés entre eux, relatifs à l’idée de la première femme marchant sur la Lune, Histoire sur la Lune. La première installation est un clone de l’artiste dans une chambre sonore qui lit trois textes : un
de Paris-Match, le périodique 21 juillet 1969, et un texte trilingue : farsi, français, turc. Dans un second temps l’artiste se trouve avec un talkie-walkie près de son oeuvre pour pouvoir communiquer avec les spectateurs à distance. L’utopie prend place en imaginant une femme marchant sur la Lune au lieu de la figure masculine. Ainsi l’artiste met au centre de son travail les femmes, le propos se mêle aux questions féministes.

 

IMG_1941

Alain Carroué, Alice Lozay et Zéphyran Pauquet, 31 Ollopa, 2018

A travers leurs projet 31 Ollopa, Alain Carroué, Alice Lozay et Zéphyrian Pauquet représentent une parcelle de Lune fait de ciment, de cendre et de tissu, comme le prélèvement d’un cratère. La souplesse et la rigidité sont les maîtres mots de cette oeuvre qui dissimule autant qu’elle dévoile la surface lunaire et l’intérieur du cratère. L’environnement ré-actualise la puissance du geste, de la marche, le bond sur un sol affaiblit par le poids, laissant apparaître le mou et ses formes.