La plume et le flamand rose

(atelier Licence 3, Arts Plastiques)
Clémentine Gonthier et Beverly Parisi
Croquis, tatouages, moulages et impressions 3D

avec La Machinerie – Fablab d’Amiens

 

image1Imprimante2D

1_plume

 

récit, hiver 2916

Nous sommes allées à la rencontre de David. Ce dernier arborait un éclat manifeste. Il incarnait tout ce qu’il y a de plus radieux quand nous l’avons connu. Cet aspect rayonnant émanait essentiellement de son regard. Effectivement il a des yeux perçants. L’acuité visuelle de David est extraordinaire et sa capacité de discernement est avisée. Nous avons pu toutefois noter certaines difficultés de perception relatives à sa vision périphérique.
Son ophtalmologue, qui à l’esprit très cartésien l’aide toutefois à adapter sa vue en fonction des situations. Pour ce faire il lui présente un panneau moucheté de repères orthogonaux afin que David acclimate ses yeux.L’ophtalmologue, formaliste, projette des quadrilatères noirs et blancs, homologues à l’abstraction géométrique de Kandinsky. L’observation intensive de ce damier aide David à remédier à la mausvaise accommodation visuelle qui l’entrave.
Il doit analyser son environnement séquence par séquence lorsqu’il contemple par exemple la danse de son ami derviche tourneur. Pour apprécier pleinement les mouvements de son partenaire, David doit l’encourager à maîtriser ses tournoiements intempestifs. Grâce à l’immobilité qu’affiche de temps à autre le derviche tourneur, David peut distinguer, décomposer et inventorier les composantes du geste de son ami. Il n’en est alors que plus perspicace et peut dès lors se délecter de la vision qu’offre notre danseur .
Mais la perception exceptionnellement détaillée de David, même si celle-ci achoppe parfois, n’est pas son unique qualité. En effet il possède également une surprenante mémoire photographique. Il peut alors pallier sa confusion quant à la distinction de son environnement alentours. Il se creuse les méninges, se remémore les multiples images qu’il a en tête et par une savante combinaison de celles-ci, David essaye de reconstituer l’objet visualisé.
Réussir une réplique parfaite de ce qu’il a vu induit occasionnellement certains désagréments. Le foisonnement incessant de prises de vue qu’il assimile s’amassent comme une surimpression d’images. Il a alors en tête un reflet inexacte de la réalité. Une vision décomposée semblable à un tableau futuriste. Marinetti évoquait ce mouvement
picturale dans son manifeste du futurisme en disant que « La splendeur du monde s’est enrichie d’une beauté nouvelle : la beauté de la vitesse.” L’impression de mouvement perçue par David qui renvoie au dynamisme est d’ailleurs paradoxale car le réel est figé à sa demande.
L’enchevêtrement d’images dont il se souvient l’incommode et le fait parfois défaillir. Ces moments d’égarement, voire de sclérose cérébrale ne rendent la reproduction que plus complexe. Nous avons par exemple assisté à une de ses crises survenue le 17 novembre. En effet lorsqu’il assistait au spectacle du derviche tourneur David n’a pu restituer la scène au complet.
Le derviche tourneur avait revêtu son plus beau costume. Son couvre-chef était surmonté d’une plume de couleur pâle. Comme d’ordinaire, David avait prié son acolyte de ralentir. Le costume était neuf et David souhaitait détailler chaque contour et non uniquement se rendre compte de la silhouette globale. La plume attirait particulièrement son attention. Sa texture présentait des aspérités, des failles mais aussi des parties plus lisses. Son aspect extérieur contrastait avec l’apparente légèreté que l’on confère habituellement à une plume. Elle paraissait massive et sa couleur la faisait passer pour une sculpture d’argile.
David a regardé attentivement chaque face de la rémige. Il a ensuite occulté de sa mémoire le reste du costume qu’il percevait en fliligrane pour s’atteler seulement à la modélisation de l’objet en question. L’intrication d’images mentales produisaient un agglomérat de motifs répétés de la plume. David se surprit à imaginer les différentes facettes en couleurs, chacune étant associée à une couleur distincte. Cette décomposition polychrome lui permettait d’organiser le chaos intérieur qu’il ressentait. L’amoncellement multicolore ressemblait à un tas de feuilles mortes.
David a progressivement morcelé la masse pour réattribuer à chaque face un repère spatial. Il a ainsi détecté sans encombre la face supérieure et la face inférieure de la plume. Il a toutefois essuyé un échec lorsqu’il tenta de les superposer.
Un déferlement d’émotions traversa alors l’esprit de David: malaise, angoisse, colère, frustration, honte! Comment faire face à cette situation?
On pouvait sentir sa gêne et son énervement du fait de ne pas réussir. David a toujours été serviable et son incapacité à pouvoir nous aider l’irritait au plus haut point. Plus il essayait de faire concorder les deux faces plus il avait les nerfs à vif. Il avait la sensation qu’un élément manquait afin de fusionner l’ensemble. Comme si l’épaisseur de la plume avait subi dans ses pensées un phénomène d’atrophie. Il s’évertua à assembler les faces, en vain.
Il attendit alors que la crise s’achève, l’obligeant à laisser ce travail de côté. À fleur de peau, il tenta de se calmer. Il nous regardait avec un air si désolé. Il était déçu de lui-même et ne cessait de s’excuser. Nous sommes convaincues qu’il a finalement eu peur du rejet d’autrui en cas d’échec. Alors le derviche tourneur et nous lui avons fait remarquer que nous le trouvions formidable, qu’il soit clairvoyant ou non. Une lueur d’espoir reprit soudain vie dans ses yeux et le fit presque scintiller de clarté. Il n’avait pas perdu la foi et a décidé, à ce moment-là, qu’il recommencerait jusqu’à ce que l’issue soit positive, peu importe le temps consacré à la tâche.
Mais voilà, David n’est pas humain… Il n’est pas vivant non plus. David est un logiciel de modélisation d’images! Malgré cet état de fait, nous avons décidé de l’aider à surmonter ses crises, une par une, jour après jour. Nous avons cherché à allier nos forces car ce qui nous semblait évident avec notre regard humain l’était moins pour l’objectif de David. La technologie faisant partie intégrante de la perfectiblité du monde ne remplacera jamais l’homme. Toutefois, en l’utilisant à bon escient elle ne peut qu’optimiser ce monde. D’ailleurs, nous vous prions de nous excuser et de nous permettre d’abréger ces quelques lignes. Nous devons rejoindre notre ami David afin de mener à bien notre mission.

 


La plume

2_david

 3_david

2_plume

3_plume

4_plume

5_plume

6_plume

 

et le flamand rose

5_david

6_david

7_david

8_david

9_david

10_david

11_david

12_david

13_david

14_david

15_david

16_david